Biographie de: LAROCHE, Philippe

Naissance : 12 décembre 1966 à Québec, Québec
Intronisation : 2002
Discipline : Ski acrobatique
Catégorie : Athlète


Philippe Laroche a marqué son sport et lui a toujours été étroitement associé. Membre de la célèbre famille de Lac-Beauport, il a donné au ski acrobatique ses titres de noblesse et une notoriété incomparable au Québec et partout à travers le monde.

Les quatre frères Laroche (Yves, Dominique, Alain et Philippe) ont accompagné la naissance du ski acrobatique et fortement contribué à son essor. La « Québec Air Force », dont il est l'un des principaux instigateurs, a écrit les pages les plus glorieuses de l'histoire de cette discipline.

Mais de tous les Laroche, Philippe est sans contredit celui qui s'est le plus illustré sur la scène internationale, récoltant notamment une médaille d'or lors des Jeux olympiques d'hiver à Albertville où le saut était une épreuve en démonstration, et une autre d'argent, cette fois en compétition officielle deux ans plus tard à Lillehammer.

À ces deux médailles olympiques, il faut ajouter ses deux championnats du monde en 1991 et 1993, ses 18 victoires en Coupe du monde et trois titres de champion au classement général de la Coupe du monde de saut. Voilà sans doute comment on trace la voie aux Nicolas Fontaine, David Belhumeur, Jean-Luc Brassard et à tous les autres qui ont continué de s'illustrer sur les pentes enneigées et ainsi perpétuer la belle tradition de la « Québec Air Force ». Quel héritage!

Au-delà de ce prestigieux palmarès, on retient de Philippe son sens du spectacle, de l'innovation et son goût du risque. Sa passion contagieuse et sa joie de vivre exemplaire ont toujours été ses signes distinctifs, tant sur les pentes que lors de discussions enflammées.

L'accident qui a failli emporter son frère Yves lui a permis d'évoluer sur le plan personnel et de prendre conscience de la précarité de la vie. « La chute d'Yves en parapente m'a servi d'avertissement. Les plus grands changements n'ont pas été dans nos relations, mais plutôt dans ma façon de voir la vie et de m'entraîner à porter une plus grande attention à tous ceux qui m'entourent. »

Aujourd'hui père de famille, la compétition est chose du passé pour lui. Il passe la majeure partie de son temps à gérer son entreprise de restauration, Les Cages aux Sports de Québec. Il ne désespère pas, avec le monde des affaires, de doter la Centre de ski de Stoneham ou Le Relais, d'un Centre national d'entraînement pour le ski acrobatique, la planche à neige et le ski extrême. Pour lui, « ça réduirait le nombre de blessures sur les pistes. »




 


  •