Biographie de: LEMAY, Raymond

Naissance : 6 février
Intronisation : 2006
Disciplines : Cyclisme et courses de chevaux
Catégorie : Bâtisseur


Décoré de l'Ordre du Canada pour l'ensemble de ses actions communautaires; honoré de la Croix de Jérusalem par l'Association des Scouts du Canada et intronisé au Temple de la renommée des courses de chevaux du Canada et à celui du cyclisme québécois, voilà que Raymond Lemay complète un magistral truc du chapeau en tant que bâtisseur, acquiesçant à la demande du Panthéon des sports du Québec qui, depuis un certain temps, l'avait dans sa mire.

« C'est un très grand honneur », dit celui qui, pendant 20 ans, a donné des lettres de noblesse à l'industrie des courses de chevaux, qui est membre à vie de l'Association olympique canadienne, qui a longtemps œuvré sur le conseil de la Palestre nationale et du centre Paul-Sauvé, qui a été président des Championnats mondiaux de cyclisme en 1974 et vice-président des Mondiaux d'athlétisme en 1980, qui fut le premier trésorier des Jeux du Québec, membre du conseil de l'équipe de soccer du Manic de Montréal, instrumentaire aussi dans la venue à Montréal du tournoi La Canadienne gagné par Jocelyne Bourassa et qui a su convaincre le sportsman et homme d'affaires Jean-Louis Lévesque d'en être son mécène sur le circuit de la LPGA.

« Me retrouver parmi les grands qui ont marqué l'histoire du sport et avec ceux et celles qui en furent les maîtres d'œuvre prouve à quel point la vie m'a choyé. Avoir ainsi contribué un tant soit peu à l'harmonie du corps et de l'esprit des jeunes et de les avoir aidés à prendre un bon départ dans la vie me procurent encore aujourd'hui une vive joie et une sensation de bien-être. » Moult fois président de campagnes de levées de fonds, il a aidé à mettre sur pied la Fondation Jean-Béliveau en 1971, son idole et ami depuis plus de 50 ans. Il a aussi prêté une oreille attentive au père Marcel De La Sablonnière, l'épaulant pendant 40 ans dans le financement du centre Immaculée-Conception... On se demande d'ailleurs comment cet homme autodidacte, généreux et affable ait pu consentir autant de son temps précieux à moult autres organismes philanthropiques.

Celui qui a gagné son premier 25¢ en faisant des livraisons à vélo et en culottes courtes dans le quartier Saint-Roch à Québec aura été, à Montréal pendant plus de 50 ans, l'un des administrateurs les plus convoités et habiles que le Québec ait connu! Rares en effet sont les décideurs qui peuvent se targuer d'avoir été l'homme de confiance d'autant de leaders de la trempe des Maurice Michaud, Donat Simard et Jean-Louis Lévesque, Paul Desmarais et Paul Martin, et Pierre Péladeau... Avec les trois premiers, il a contribué à l'essor prodigieux des courses de chevaux au pays, de 1953 à 1973, à titre de président des pistes Richelieu et Blue Bonnets... Avec messieurs Desmarais et Martin, de 1973 à 1989, il a été en 75 ans d'histoire le premier vice-président francophone de la Canada Steamship Lines, puis son président... Et, de 1989 à 2001, vice-président exécutif au sein de l'empire Quebecor auquel Pierre Péladeau a donné le souffle de vie, membre du conseil de Quebecor World jusqu'en 2003 et de Quebecor Inc. jusqu'en 2005.

Homme jovial et distingué à la tenue impeccable, le souriant bourreau de travail a siégé sur de nombreux conseils d'administration et consultatifs, naviguant entre autres de 1996 à 2005 à la présidence de l'administration portuaire de Montréal.

« Raymond, disait Pierre Péladeau, a toujours joué pour gagner ! », ce à quoi un autre immortel, Jean Gabin, aurait pu ajouter : « De sa vie, Raymond en aura majestueusement fait tout le tour! »




 


  •