Biographie de: PELLETIER, Annie

Naissance : 22 décembre 1973 à Montréal, Québec
Intronisation : 2008
Discipline : Plongeon
Catégorie : Athlète


« Petite, avant que je regarde les petits bonhommes à la télé, on nous montrait souvent les exploits d’athlètes. L’image de Greg Joy levant les bras en guise de joie après son saut en hauteur et les éblouissantes performances de la gymnaste Nadia Comaneci à ces mêmes Jeux de la XXIe Olympiade, m’ont marquée.

« Elles ont fait jaillir en moi l’étincelle de la flamme olympique… J’avais alors confié à mes parents qu’un jour, ce sera mon tour. Pour me faire plaisir, ils acquiesçaient en disant «bien sur» chaque fois que je leur en parlais. »

Pendant cinq ans, Annie Pelletier s’est donnée corps et âme à la gymnastique, incitant ses parents à l’inscrire dans les meilleurs gymnases et ses entraîneurs à accélérer le rythme afin d’atteindre le plus vite les hauts sommets… jusqu’à s’en rompre les os.

Dans sa quête du rêve olympique, elle opta pour le plongeon. Déterminée et courageuse, elle a été sur le tremplin vers la gloire pendant neuf ans. « Le retour de mon entraîneur Donald Dion en 1995, à moins de deux ans des Jeux d’Atlanta, a compté énormément dans mes succès. »

Mais une autre Dion, Céline, lui servit aussi d’inspiration. « Entre deux séances de plongeon au centre Claude-Robillard il y a 20 ans, seule dans les estrades, je l’avais épiée lors d’une répétition. J’ai réalisé combien elle est professionnelle, perfectionniste et acharnée. Suivant un parcours remplie d’embûches, elle a, envers et contre tous, réalisé son rêve et fait taire tant de détracteurs.

« Par la suite, je me suis identifiée à elle, travaillant avec mes tripes, mon cœur, mon courage et mon désir de vaincre. »

La performance d’Annie Pelletier au tremplin de 3 m aux Jeux d’Atlanta fut l’un des plus mémorables revirements de l’histoire olympique. Graduellement, elle se hissa de la 17e place lors des préliminaires à la 12e en demi-finales et au troisième rang en finale, à deux points du deuxième rang.

Celle qui s’est distinguée au micro de Radio-Canada à Pékin, Athènes et Sydney, avec ses analyses et commentaires précis sur les performances des plongeurs, comme en 2005 aux Championnats du monde FINA à Montréal, a aussi été mise à contribution aux Jeux d’hiver de Salt Lake City et Turin.

Elle a aussi gagné l’or au 3 m du Grand Prix FINA Coupe Canada 1996; l’or au 3 m et l’argent au 1 m des Jeux panaméricains 1995; la première médaille canadienne de l’histoire (bronze) des Championnats mondiaux aquatiques de Rome en 1994 et deux médailles d’or aux Jeux du Commonwealth, la même année.

« Comme on ne peut réussir seule dans la vie, mon intronisation au Temple de la renommée du Panthéon des sports du Québec est pour moi un beau privilège de faire un clin d’œil et dire merci à la grande famille sportive québécoise et à toutes les personnes qui, dans l’ombre, m’ont encouragée et permis de croire en moi vers la gloire olympique », dit celle qui, depuis plus de trois ans, œuvre au succès de la Fondation de l’athlète d’excellence du Québec et qui a été intronisée au Temple de la renommée du Club Médaille d’Or en 2006 et au Temple de la renommée olympique du Canada en 2003.

- Marcel Gaudette, octobre 2008




 


  •