Biographie de: SELKE, Frank Sr

Naissance : 7 mai 1893 à Kitchener, Ontario
Décès : 3 juillet 1985
Intronisation : 2016
Discipline : hockey
Catégorie : bâtisseur


Frank Selke n'était qu'un adolescent quand il a amorcé sa carrière d'administrateur au hockey. À 14 ans, il assumait déjà les fonctionsde gérant de l'équipe des Iroquois Bantams, à Berlin (aujourd'hui Kitchener), en Ontario, et c'est dans ce rôle qu'il fit la connaissance de Conn Smythe, à l'occasion d'un tournoi de hockey auquel prenaient part leurs équipes respectives. En 1919, Selke était entraîneur et mena l'Université de Toronto au championnat de la Coupe Memorial à sa première année d'activités. Peu de temps après, il s'occupa de former les Ravinas de Toronto, une équipe semi-professionnelle qui allait bientôt fournir des joueurs à la LNH. Lorsque Smythe se porta acquéreur de la concession des St. Pats de Toronto, il changea le nom du club à la faveur de Maple Leafs et recruta Selke pour être son adjoint. Ainsi s'amorça une relation qui s'étalera sur deux décennies et qui allait être l'une des plus solides dans l'histoire du hockey.

Selke n'était pas seulement le bras droit de Smythe, il amenait une bonne dose d'énergie, de détermination et de succès à l'équipe. À titre d'entraîneur des Marlboros de Toronto, le club affilié des Maple Leafs chez les juniors, il remporta la Coupe Memorial une autre fois en 1929 et aida Smythe à trouver les fonds nécessaires à la construction du Maple Leaf Gardens, pour ainsi déménager l'équipe du vétuste Arena Gardens (aussi connu sous le nom de Mutual Street). Selke était aussi d'une grande utilité à Smythe en sa qualité de conseiller, lui qui possédait un don inné pour l'évaluation des joueurs, lui permettant de déceler le talent là où d'autres avait lancé la serviette.

Avec ce duo remarquable à leur tête, les Maple Leafs raflèrent la Coupe Stanley en 1931-1932, la première de cette concession dans leur nouvel amphithéâtre. Bien qu'il leur fallut attendre une décennie avant de récidiver, les Leafs comptaient parmi l'élite de la LNH et ont pris part à sept finales de la Coupe Stanley entre 1932 et 1940. Au printemps 1942, les Leafs ont écrit leur nom dans le livre des records de la LNH, en devenant la première, et la seule, équipe à surmonter un déficit de trois matchs en finale de la Coupe Stanley pour l'emporter. Au début de la saison 1942-1943, alors que les Leafs étaient encore fébriles suite à ce retentissant succès, Smythe quitta l'équipe et le pays pour aller défendre les couleurs du Canada en France. Il laissa l'exploitation des Maple Leafs dans les mains de Selke, sachant qu'il pouvait faire une confiance aveugle en son ami, son associé et son égal.

La relation entre Smythe et Selke était déjà un peu tendue à cette époque et lorsque Selke échangea à Montréal Frank Eddolls, un joueur obscur évoluant dans le réseau de filiales des Leafs, en retour de Ted Kennedy, un jeune espoir de 17 ans à qui Selke vouait un bel avenir. Furieux que Selke ait préféré Kennedy à Eddolls, et qu'il n'ait pas été consulté avant la transaction, Smythe, ne lui a jamais pardonné et ce, même si Kennedy est devenu l'un des plus grands joueurs de l'histoire des Leafs alors qu'Eddolls est demeuré dans l'obscurité. Mais cette situation ne fut pas la seule qui contribua à envenimer la relation entre les deux hommes. Selke ouvrit les portes du Gardens à divers spectacles de divertissement qui n'avaient rien à avoir avec le hockey, ce à quoi Smythe s'objectait. Ces événements permettaient d'accroître les revenus du Gardens et lorsque Smythe revint à Toronto, en 1945, il fut accueilli par un conseil d'administration qui voulait que Selke demeure en poste, ce que Smythe, évidement, ne pouvait endurer.

Smythe a combattu farouchement pour regagner le contrôle de l'équipe et de l'amphithéâtre, mais sa victoire lui aura coûté un ami et un partenaire. Au cours de l'été 1946, Selke remit sa démission aux Maple Leafs et accepta le poste de directeur général des grands rivaux des Leafs, les Canadiens de Montréal. Sous la férule de Selke, les Canadiens sont rapidement devenus l'équipe dominante de la LNH, mais, ironiquement, seulement après que les Leafs eurent connu leurs plus grands succès. L'équipe de Conn Smythe remporta la Coupe à quatre occasions en cinq ans (de 1947 à 1949 et en 1951), mais les années 1950 allaient être l'affaire des Canadiens qui après l'avoir emporté en 1953, conquirent la Coupe cinq années de suite, soit de 1956 à 1960.

Frank Selke fut intronisé au Temple de la renommée du hockey en 1960 après avoir dévoué sa vie au hockey et contribué à essor, lui qui a aussi joué un rôle de premier plan dans la mise sur pied du Panthéon du hockey à Toronto. Quatre ans plus tard, Selke tirait sa révérence, au moment où les Leafs amorçaient une autre période faste de leur histoire t que les Canadiens préparaient une autre des leurs. En hommage à Frank Selke, la Ligue nationale de hockey a institué un trophée qui porte son nom et qui est remis annuellement au meilleur attaquant défensif du circuit.

Source: www.hhof.com




 


  •