Biographie de: COOKE, Graham

Naissance : 11 septembre 1946
Intronisation : 2008
Discipline : Golf
Catégorie : Athlète


L’expression « avoir le pouce vert », tirée de l’anglais « to have a green thumb », remonte au milieu du 20e siècle et désigne quelqu’un passionné de jardinage.

Le réputé golfeur et architecte de parcours Graham Cooke en a lui-même créé sa propre version. En tant que golfeur émérite, il plante depuis 45 ans son « tee » ici et là dans le sol, sème sa balle à tout vent, du tertre de départ jusqu’au vert, labourant, cultivant et faisant fleurir moult championnats, plus de 50 en carrière, parmi les plus prestigieux.

Il a signé en 2008 un deuxième titre senior du Québec et un troisième du Canada, après s’être classé troisième en sol britannique. Au provincial, il a présenté des cartes de 72, 66 et 68 à la Vallée du Richelieu et, au national, il a inscrit des pointages de 69, 68, 72 et 73.

Pas mal pour un golfeur de 62 ans qui, en raison de ses nombreuses occupations familiales et professionnelles, ne dispute annuellement qu’une trentaine de rondes en compétition, présentant néanmoins une ronflante moyenne de 70.

Avec un 10e titre majeur au pays, il égale la marque de Nick Weslock qu’il joindra un jour au Temple de la renommée du golf canadien, après son intronisation récente à celui du Québec et de son double titre de golfeur et bâtisseur au Panthéon des sports.

« J’en suis très honoré, dit-il, car j’y joindrai celui que je considère un ami, Jean Béliveau, remontant à mes débuts à l’Omnium du Québec à Victoriaville, ainsi que d’autres grands noms québécois du sport.

« J’ai toujours joué au golf pour le plaisir, mais aussi avec passion et détermination… Je n’ai plus la force physique de mes jeunes années, mais les nouvelles technologies me permettent de jumeler mes performances du passé.

« Au jeu, je m’efforce de prendre des décisions dignes des plus grands noms du golf dans mon choix de coups et la gestion des parcours. Cette stratégie m’a été profitable dans ma carrière », dit celui qui, en 1971, a obtenu une mention honorable de la Golf Coaches Association of America, à l’époque des Ben Crenshaw, Tom Kite, Tom Watson, Andy North et Lanny Wadkins sur le All-American Golf Team, alors qu’il se forgeait un brillant avenir en architecture de paysage à l’université Michigan State.

Graham Cooke a aussi représenté le Québec à 27 éditions de la Coupe Willingdon, fut sept fois membre d’équipes amateurs du Canada, a gagné entre autres sept titres mid-amateurs, quatre Tournois Alexandre de Tunis et cinq Duc de Kent.

Ce que Graham Cooke et ses associés font aussi à merveille depuis 35 ans, c’est dessiner, concevoir, améliorer et rénover les parcours de golf dans le monde. Ils en ont bâtis quelque 100, dont une trentaine au Québec.

Qui, du million de golfeurs québécois, n’a jamais disputé une ronde aux Blainvillier, Mirage, Versant, Gray Rocks, Fontainebleau, Golf des Îles, Le Cerf, Métropolitain, Royal Bromont, Saint-Raphaël et plusieurs autres qui portent fièrement la griffe Graham Cooke? Voire même ailleurs au pays, aux États-Unis, en Italie, Finlande, Estonie. Ukraine et partout sur la planète.

Graham Cooke est plus qu’un simple golfeur talentueux, il est aussi un écolo et un grand bâtisseur, au bon plaisir de la collectivité.

- Marcel Gaudette, octobre 2008




 


  •